Rechercher

Nouvelles du Conseil de la FMOQ du 14 décembre 2019

Augmentation : Pour ceux et celles qui attendent l’augmentation prévue, cette dernière sera de 1 % tel que mentionnée précédemment. Il y aura cependant une rétroactivité effective à partir du 1er avril 2019, et qui sera versée aux environs de mars 2020. C’est la dernière portion de ce qui fut négociée il y a quelques années. Les montants qui demeurent dans les enveloppes seront attribués pour certains ajustements tels que le médico-administratif.


Garde en disponibilité : Il y aura une augmentation substantielle pour les médecins qui feront de la garde en disponibilité. Soyez attentifs lorsque la RAMQ vous en informera, cette dernière sera de X % en moyenne. Ce pourcentage permettra aux médecins qui demeurent disponibles pour les patients vulnérables, d’avoir une rémunération majorée qui ne l’a pas été depuis fort longtemps !


SIAD : Chaque territoire aura une banque de forfaits ; selon la population établie par le ministère, selon l’âge de la population ainsi que le nombre de patients inscrits aux soins à domicile. Chaque territoire via les CISS ou CIUSS, devra fournir un plan de déploiement selon la banque de forfaits disponibles attribués. Les groupes pourront toucher de 1 à 6 forfaits pour des gardes de 24 heures, 7 jours sur 7 avec un engagement minimum d’un an. Les forfaits seront de x dollars par jour. Le médecin responsable pourra, selon la taille de l’équipe, bénéficier de forfaits supplémentaires. Il y a une majoration pour la visite initiale, mais le médecin ne pourra avoir accès à la bonification du guichet si le patient orphelin y est inscrit.

Important, pour pouvoir bénéficier des SIAD les médecins devront être rémunérés à rémunération mixte (Exception possible, mais à discuter au comité paritaire). Peu de membres de notre association pourront bénéficier de ces ententes, ce sont les équipes du CLSC qui seront mis à contribution. Cependant, certains Médecins de CLSC ont signé avec l’AMOSO pour pouvoir bénéficier de nos avantages et de la proximité des ressources de l’association.


Infolettre RAMQ http://www.ramq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/professionnels/infolettres/2019/info269-9.pdf


Cliniques d’Hiver : L’interrogation demeure toujours quant à l’efficacité de ces cliniques ! Plusieurs remettent en question la nécessité d’ouverture de ces cliniques dans « certaines régions. Il est évident cependant que ces cliniques ne modifieront nullement l’achalandage des patients hospitalisés à l’urgence. Pour ceux qui vont y participer, la lettre d’entente a été signée et permet de connaître les modalités de facturation. Je vous réfère à la lettre d’entente 350 sur le site Internet de notre fédération https://www.fmoq.org/divers-2019/cliniques-d-hiver-2019-2020/


Lettre de la RAMQ http://www.ramq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/professionnels/infolettres/2019/info246-9.pdf


Constat de décès à distance

Voici l infolettre de la RAMQ http://www.ramq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/professionnels/infolettres/2019/info270-9.pdf


Différents dossiers ont été présentés qui nous concernent moins, par exemple ;

Des primes d’installation pour des régions qui ont démontré de grands déficits en médecins, par exemple ; certains territoires sur la côte nord.


Ce qui nous touche ou qui pourrait éventuellement nous toucher :

Il y a des propositions pour permettre à des médecins qui sont intéressés à participer à l’aide médicale à mourir. Certains intéressés par cette pratique, ont néanmoins accusé un malaise. La fédération a donc présenté un projet d’entente afin de rémunérer un médecin accompagnateur qui permettrait à un médecin qui serait intéressé, de bénéficier d’un accompagnement lors de premières gestions a l’AMM. Ce sujet est à suivre.


RVSQ : lors du dernier bulletin, j’avais fait mention qu’une équipe de proximités avait été libérée par le ministère pour nous permettre de se familiariser avec cet outil. Lors de la dernière réunion du DRMG de la Montérégie, l’équipe de proximités nous ont offert une présentation. Au même moment, nous apprenions l’ouverture d’appels d’offres par le ministère au sujet du RVSQ. Certains membres de l’organisation du CISSS-MO ont mentionné que l’objectif visé serait d’améliorer l’outil RVSQ. Il semblerait qu’en plus d’un appel d’offres pour l’amélioration, il y aurait possiblement une opportunité afin d’élargir l’usage a d’autres solutions quant aux rendez-vous électroniques. Toutes ces solutions devront cependant être arrimées à une plateforme provinciale. Peu importe l’outil qui nous sera offert, nous demandons qu’il soit performant, qu’il soit surtout gratuit, tant pour les patients que pour les médecins, qu’il s’intègre à nos DME et qu’il soit facile d’usage.


Un outil électronique de rendez-vous serait aussi utile, éventuellement, dans une entente sur l’assiduité. Pour faire tomber l’assiduité, nous devons démontrer que nous sommes disponibles rapidement pour nos patients. La seule façon de le démontrer se trouve conditionnelle a l’acquisition d’un outil permettant de monitorer cette même accessibilité.


L’entente de l’accessibilité : pour la fin novembre, nous étions à pratiquement 123 000 patients inscrits sur 11 mois. Ces 123 000 patients reflètent un nombre de patients supplémentaires qui ont été pris en charge en plus de tous ceux qui étaient suivis par des médecins qui ont pris leur retraite. Fin novembre et début décembre indiquent un fort taux d’inscriptions. La fédération prévoit environ 150 000 nouveaux patients inscrits pour 2019. La cible établie par la ministre était de 175 000. On doit considérer dans la non-atteinte de cette cible, un grand nombre de nos confrères et consœurs qui ont décidé de devancer le départ à la retraite. Ce faisant, un grand nombre de patients se retrouvent au GAMF. Nous avons entre 10 et 15 pour cent de patients inscrits au guichet qui ont un médecin de famille, mais ces derniers peuvent prévoir une retraite prochaine. Un médecin qui signifie sa retraite peut permettre à ses patients de s’inscrire sur un guichet dans les 2 années précédant la retraite effective.


Pour faciliter l’inscription, comme vous le savez, nous avons la lettre d’entente 321 et 304. Ces dernières ont subi de légères modifications pour permettent une plus grande flexibilité et une adaptabilité aux nouveaux facturant leur permettant ainsi d’avoir une pratique polyvalente. Depuis la modification, la lettre d’entente 304 permet de prendre en charge des blocs minimaux de 50 patients et non plus de 250 patients. La lettre d’entente 321 permet de prendre des blocs de 100 patients et non plus de 850 patients. Elle permet aussi aux nouveaux facturant d’avoir 12 mois pour prendre en charge ces blocs et non plus 2 mois comme cette année.

(Je corrige aussi un lapsus que j’avais fait à mon dernier bulletin)


CARM

Dans le CARM 2020, il y aurait eu 20 postes de plus, de médecins octroyés. Pourtant seulement deux ont été comblés par des nouveaux médecins de famille ! Il y a un manque important et flagrant de milieu de formation. Pourtant les besoins en médecine familiale sont criants dans tous les secteurs de la première ligne. (secteurs 1 à 5 )

Secteur 1 : urgence/GMF-R

secteur 2 à 5 : prise en charge première ligne, hospitalisation obstétrique CHSLD,


  • Lorsque nous regardons le profil de pratiques des gens à l’urgence, ces derniers se rapprochent pratiquement tous de ce qui est considéré comme un équivalent temps plein à l’urgence.

  • Comme vous le savez, les médecins qui font de l’hospitalisation sont aussi *étirés* au maximum !

  • Nous avons un manque cruel de lit de CHSLD dans la Montérégie Ouest donc éventuellement nous allons donc manquer de médecins pour occuper ces postes avec la création de certaines ressources en résidences intermédiaires et CHSLD

  • Je n’ai pas besoin de vous en dire plus pour la prise en charge en bureau.


Cette nouvelle qui reflète très bien que nous n’augmentons pas les recrues en médecine familiale nous laisse envisager un prolongement futur quant à la pénurie de médecins.


L’ensemble des effectifs dans les secteurs 1 à 5 sont étirés au maximum. Pour avoir de l’aide, nous devons avoir de nouveaux médecins. Pour former un nouveau médecin, cela prend plusieurs années donc nous allons devoir nous serrer les coudes et travailler en grande collaboration. Chacun de nous, devra mettre la main à la pâte pour éviter des bris de services, ou des abandons de pratique. Nous espérons très fortement avoir un aboutissement du projet de création d’un GMF-U dans la région de Vaudreuil au bénéfice de l’ensemble du territoire de la Montérégie-Ouest.


Je me répète, nous allons devoir travailler tous en collaboration et nous serrer les coudes


Accessibilité : il y a eu des propos de politiciens qui ont mentionné que les médecins devaient être accessibles en deçà d’un certain délai. Afin d’acquiescer à cette demande, nous bénéficions de l’accès adapté et des pratiques de groupe. Je ne reviendrai pas sur l’accès adapté, de multiples formations sont disponibles sur le site Internet de la fédération et plusieurs d’entre vous ont assisté à des conférences. Grosso modo, pour chaque 1000 patients inscrits, 3000 plages sont requises. Nous avons entre 10 et 15 pour cent des consultations qui se font à l’extérieur. Donc pour 3000 plages nous devons considérer environ 300 plages accessibles dans un délai de 24 à 48 heures. Les outils de rendez-vous électronique seront la seule façon de monitorer véritablement l’accessibilité du médecin. Avec cet outil, le médecin ne sera plus pénalisé par le comportement du patient.


Accessibilité via GMF-R et GMF version 2,0 au pour certains GMF-A

Le programme de GMF-R continue d’être utile, mais nécessite une évolution ou une adaptation, surtout en ce qui concerne les heures d’ouvertures de fins de semaines. Devons-nous continuer à être ouvert de 8 heures à 20 heures ou pouvons-nous plutôt doubler le nombre de médecins et offrir ce service de 8 heures à 16 heures ?

Il y aura aussi un « mapping » des besoins de la population qui sera fait permettant ainsi la mise sur pied de nouveaux types de GMF ouvert à la population. Ces derniers recevraient un financement proportionnel aux heures d’ouvertures octroyées à la population orpheline et selon les besoins de la région. A suivre…


DRMG : lors d’une réunion avec les coordonnateurs et le ministère, les différents projets du DRMG furent présentés. En ce qui concerne la Montérégie, fut présenté un projet de prioriser les priorités A-B-C et de permettre l’octroi de ressources au GAMF pour effectuer un certain triage ou ajustement des besoins des patients en attente. En ce qui concerne les patients en priorités D-E, ces derniers auraient une offre de services accrus selon le taux d’inscriptions de la région. Il y aurait un « mapping » du nombre d’orphelins dans chacune des régions avec des demandes pour certaines cliniques d’augmenter leurs offres de services aux orphelins de façon proportionnelles au taux de patients orphelins de la région. Le projet du DRMG de la Montérégie à ce sujet rejoint beaucoup la conduite envisagée de la fédération quant à la version 2.0 du programme GMF. A suivre


Nous avons grandement parlé du DRMG à la fédération et au conseil. Ceci dans un but de rappeler à nouveau que les DRMG ne sont nullement une entité sous la gouverne du ministère. Ils ont été créés entre autres par Docteur Dutil et Docteur Godin, il y a plusieurs années lorsque nous étions sous la gouverne du ministre se nommant M. Jean Rochon. Le DRMG se définie comme une entité administrative, entièrement gérée par les médecins et pour les médecins. Prendre note que le DRMG n’est sous la supervision que des CISSS et des CIUSSS. J’en profite pour préciser que les tables locales ont un rôle de rapporter toutes suggestion concernant les besoins de sa région afin que le comité de direction ait en main toute l’information sur les éléments clés. Elles doivent être représentatives de l’ensemble et de la diversité de la région. Il n’y a aucun rôle de sanction attribué à la table locale. Elles ont cependant un rôle important dans la répartition et l’organisation de la pratique au travers de la région qu’elle représente.


La capitation : les travaux sur la capitation avancent. Il y a encore à ce jour, beaucoup de discussions ; certains sujets ont été réglés certains autres ne le sont pas encore. Certains sujets dépendent des priorités du ministère tel que discuté précédemment. La capitation devait servir à amener une réduction de l’écart entre médecin québécois et ontarien/canadien et le médecin de famille québécois avec le spécialiste québécois. Avant de pouvoir nous prononcer sur la réduction consentie par la FMSQ, nous attendrons d’avoir accès aux ententes signées et non aux reportages journalistiques.

Lors de la tournée de la fédération pour les AGA, la capitation fut un sujet qui a amené un grand consensus. Il y a toujours cependant des inconnus en ce qui concerne le pourcentage des forfaits et des actes, de la responsabilité des services individuels versus collectifs, d’une entente obligatoire versus optionnelle et si elle est obligatoire qui pourra se prononcer par un vote ? Cette nouvelle façon de facturer vient bouleverser une facturation que nous avions depuis plus de 40 années. Elle sera bien entendu fortement intégrée à des outils de rendez-vous électronique et à une accessibilité accrue autant à la population inscrite qu’orpheline (lire GMF-R ou GMF A)


Les points ? : patient inactif ou actif et pour combien de temps


Les pourcentages 60-40 ou 75- 25


Modulations des forfaits de vulnérables


Paiement journalier


Forfait GMF inclus ou non


S’il y a une assiduité, quel pourcentage de cette assiduité est dépendante du travail du personnel engagé, par exemple, les infirmières ?


Quel sera l’impact des nouvelles technologies de consultations sur cette assiduité ou accessibilité ?


Quel sera le volume de travail nécessaire, en inscriptions pour permettre de facturer un pourcentage de services à la population orpheline ou inscrite à d’autres médecins


Nonobstant ce que vous avez entendu venant du premier ministre, les membres présents à la table de négociations ne prévoient pas son application avant 2 à 3 ans.


C’est un changement majeur, il ne faut pas se précipiter ou se faire entrainer sans avoir obtenu un certain consensus de part et d’autre.


Conditions de pratique (lire loi 130) : le comité mandaté à ce sujet devrait déposer son rapport en début 2020


Il fera mention des obligations liées aux privilèges :


  • Mise en place d’un guide pour les règles administratives, adressés aux médecins

  • L’accessibilité aux chefs de département des données nécessaires pour l’application des règles

  • Comité ad hoc sur la pratique hospitalière pour évaluer la signification de ETP en établissement

Important, il ne peut avoir aucune liaison entre les privilèges hospitaliers et le travail à l’extérieur de l’hôpital


Il a été question de redonner un rôle accru déjà octroyé, mais non utilisé du COGEM en ce qui concerne les activités intra-hospitalières


Dans ce document, nous ferons AUSSI mention des obligations de l’établissement


  • Maintenir une circulaire pour les CLSC et pour nos GMF-U

  • Stabilité des équipes professionnelles au sein des GMF ( HOURRA )

  • Assurer une équivalence dans le soutien octroyé aux médecins de famille et aux médecins spécialistes


Un comité ad hoc devra être créé afin d’établir une répartition équitable entre les médecins de famille et les spécialistes et de créer un comité élargi afin de s’assurer de l’accessibilité de ces recommandations dans les différents milieux


Dans ce document il sera aussi question des médecins qui sont dans les milieux hospitaliers et en fin de carrière leur permettant une transition sans pénaliser les jeunes désirant avoir un PEM.


Soyez assuré que votre exécutif en prendra rapidement connaissance pour vous permettre une meilleure planification et répartition du travail à effectuer à l’intérieur de vos établissements.


L’avenir de la médecine familiale en dernier, il a été question du comité sur l’avenir de la médecine familiale. Les travaux ont avancé, il y aura dépôt d’un rapport préliminaire qui sera accessible pour permettre une lecture préliminaire avant un dépôt définitif dans le courant de l’année 2020. Ce rapport sur l’avenir orientera pour les 10 prochaines années nos priorités. Cependant, il a été mentionné que la perception semble être très divergente dans ce rapport à la suite des sondages populationnel. L’opinion du médecin de famille sur l’avenir de la médecine familiale diffère grandement de celle du patient . Dossier à suivre


Dr Sylvain Dufresne - Président de l'AMOSO






0 vue